La plume heureuse

Chronique de langue plutôt amusante, enrichie d'anecdotes sur Venise, le chant choral, l'enfance à la campagne, la vie à Québec...

mercredi 20 avril 2005

La bombe

Je ne sais même plus très bien ce qui est arrivé ce jour-là.

Jeune traductrice, je travaillais un matin dans mon bureau avec fenêtre (mes anciens collègues apprécieront ce détail), au vingt-troisième et dernier étage d’une belle tour blanche du centre-ville d’Ottawa, lorsque soudain.

Je sors et, comme mon bureau est en face du coin où l’on prépare le café, je vois tout de suite d’où vient ce cri, ce hurlement épouvantable : l’une de nos secrétaires, celle justement qui doit se marier dans quelques jours, s’est ébouillantée. Déjà ses camarades lui portent secours, l’entraînent vers les toilettes. Et je reste plantée là, devant ma porte.

«Qu’est-ce qui se passe?» demandent mes collègues, l’instant d’après. Mais j’ai le cerveau glacé comme le reste, et je n’arrive qu’à balbutier : «La bombe, la bombe...»

Je me rends parfaitement compte que ce mot-là, qui appartient à mon enfance dans le petit rang croche, est incongru dans la bouche d’une traductrice de l’administration fédérale. Je cherche désespérément à le remplacer, mais ne suis pas plus capable de retrouver le mot bouilloire que d’articuler une phrase cohérente.

Enfin. Ces minutes embarrassantes sont loin derrière moi; quant à l’accident, heureusement il n’a pas eu de conséquences graves – c’était en fait le marc de café, tout brûlant, que notre amie avait renversé sur ses vêtements –, et le mariage a été célébré à la date prévue.

Pourquoi donc vous raconter cette anecdote, où se manifestent de si brillante façon mes qualités d’«antihéroïne»? C’est pour vous parler de l’adjectif cohérent, mes enfants.

On qualifie de cohérent quelque chose «dont tous les éléments se tiennent et s’harmonisent ou s’organisent logiquement» (Lexis) :

Ces joueurs amateurs ont fini par constituer une équipe de football très cohérente. (Lexis.)

Il était là, dans l’impossibilité de penser, de rassembler, de mettre bout à bout deux idées cohérentes. (Simon.)

Ainsi, deux actions, deux phrases peuvent être cohérentes ou former l’une avec l’autre un tout cohérent, mais il ne semble pas admis de dire qu’une action ou une phrase est cohérente avec une autre, ou que des actions, des phrases sont cohérentes avec quelque chose d’autre.

Cette construction, sans doute calquée sur le tour anglais consistent with (voir l’excellent Guide anglais-français de la traduction, de René Meertens, pour de nombreuses suggestions d’équivalents), se rencontre assez souvent :

Le gouvernement Charest souhaitait se montrer cohérent avec la loi...

On peut supposer, ici, que le gouvernement souhaitait se conformer à la loi, agir en conformité avec la loi, accorder son action ou ses décisions avec la loi, se montrer en harmonie avec la loi. (Ce n’est pas moi qui le dis, hein.)

* * * * *

Des nouvelles du vingt-troisième étage et de la future mariée? Il y a belle lurette que notre service de traduction n’existe plus. Quant à notre jeune secrétaire, j’ignore ce qu’elle est devenue; mais si elle vit toujours en harmonie avec son mari, elle a dû fêter son vingtième anniversaire de mariage, il y a un an ou deux. Comme le temps passe.

Line Gingras

Posté par Choubine à 16:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Bombe

    Bonjour ! Le mot " cohérence " ne me fait pas problème, mais le mot " bombe " oui. Je l'ai souvent entendu dans mon enfance, venant de personnes âgées. Je me suis souvent demandé, sans jamais chercher, d'où il provenait. Dans un prochain billet peut-être ?

    Bonne journée !

    Posté par Zénon, jeudi 21 avril 2005 à 09:06
  • Avec plaisir, Zénon! - dans les prochains jours... En attendant, j'invite ceux qui ne vous connaissent pas encore à cliquer sur le lien "Carnet de Zénon", dans la colonne de droite.

    Posté par Line, jeudi 21 avril 2005 à 11:47
  • Que de découvertes ici ! Textes raffinés, liens intéressants… j'y reviendrai, c'est sûr.

    Posté par obni, jeudi 21 avril 2005 à 18:31
  • Merci, Objet Bloguant Non Identifié! (Pour ceux qui se poseraient des questions, il y a un lien dans la colonne de droite.) Je vais repasser chez vous très bientôt.

    Posté par Line, jeudi 21 avril 2005 à 19:04
  • soi-même

    On peut donc être cohérent avec soi-même?
    http://blogdemaurice.blogspot.com/

    Posté par Maurice, vendredi 22 avril 2005 à 06:06
  • Eh! non, Maurice... En l'occurrence, il faut se prendre - un peu, juste assez - pour un autre. Bon, soyons sérieuse : d'après le résultat de mes recherches, il faut se contenter d'être cohérent, tout court; mais on peut être "conséquent avec ses principes" ("Petit Robert"), conséquent avec soi-même.

    À propos, vous avez bien fait d'ajouter l'adresse de votre blogue : je ne sais pas pourquoi, cette information ne s'affiche pas automatiquement.

    Posté par Line, vendredi 22 avril 2005 à 12:54
  • J'aime bien cette histoire. J'aime bien les anti-héroïnes !
    ("qui appartient à mon enfance dans le petit rang croche"... :) )

    Posté par jujuly, samedi 23 avril 2005 à 18:41
  • Merci, jujuly! (Pour ceux qui ont envie de rigoler, il faut cliquer sur le lien "dans tous mes états".)

    Posté par Line, samedi 23 avril 2005 à 19:19

Poster un commentaire