La plume heureuse

Chronique de langue plutôt amusante, enrichie d'anecdotes sur Venise, le chant choral, l'enfance à la campagne, la vie à Québec...

mercredi 14 septembre 2005

Climat de confiance

Mots clés : être confiant que; avoir confiance que; to be confident that.

C’était un jeudi soir de printemps; la chorale des dames, dont j’étais le plus jeune élément, préparait la messe de la Pentecôte.

J’adorais monter à l’orgue; on y dominait, de très haut, la nef et les jubés. Là régnait l’instrument glorieux et terrible : devant nous la console, dont je n’approchais qu’à titre de tourneuse de pages; derrière, sévères et menaçants, les grands tuyaux, qu’autrefois je prenais pour des obus.

Planer au-dessus de la nef, dans l’obscurité immense; caresser du regard la faible lumière dorée qu’on avait laissée dans le chœur; repasser les cantiques aimés, réservés aux fêtes...

Nous en étions à un choral de Bach, dont nous chantions en français un arrangement pour trois voix égales :

Ô Jésus, mon doux sauveur
Ta joie sainte emplit mon âme...

Notre organiste, qui nous dirigeait, montrait un peu d’anxiété : un orage commençait. Pourtant, que risquait-il de nous arriver ici, dans la maison de Dieu?

C’est en vain qu’en sa fureur
Tout l’enfer veut mon malheur

À cette seconde s’abattit sur nos têtes un fracas épouvantable, un coup de tonnerre comme j’en ai peu entendu dans ma vie.

Puisque, de mon doux sauveur
La joie sainte emplit mon cœur

* * * * *

Mais tandis que nous sommes occupés des affaires du ciel, notre planète accomplit ses révolutions, toujours, comme si de rien n’était :

  • Les États-Unis sont confiants que l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, inculpé de génocide, sera bientôt transféré à La Haye.

D’après les exemples relevés dans les ouvrages de langue, l’adjectif confiant s’emploie absolument, ou alors avec un complément introduit par en ou dans :

Elle est confiante dans l’avenir.
J’étais confiant en cet homme que je croyais un ami.
(Dagenais.)
Vous êtes confiants en sa parole?
C’est pas tant qu’il était cachottier, dit Suzanne, mais il était pas très confiant confiant.
(Queneau.)

La construction être confiant que, toutefois, n’est admise dans aucun des dictionnaires généraux que j’ai consultés. Pire : d’après le Colpron, d'après aussi Marie-Éva de Villers, Camil Chouinard et Gérard Dagenais, c’est le calque de to be confident that, qui se rend plutôt, selon le contexte, de l’une ou l’autre des façons suivantes : avoir bon espoir que, croire que, estimer que, être persuadé (sûr, assuré, convaincu) que, ne pas douter que. (Mon dictionnaire bilingue, Le Robert & Collins Super Senior, traduit I am confident that he will succeed par Je suis sûr ou persuadé qu’il réussira.) Chouinard propose également avoir confiance que; chose étrange, ce tour n’est consigné dans aucun des autres ouvrages que j’ai sous la main, à part celui – excellent – de Joseph Hanse :

J’ai confiance qu’il le fera, qu’il pourrait le faire.

* * * * *

Un mot, en terminant, sur celle que j’ai présentée plus haut comme notre organiste et maître de chapelle : cette femme d’exception, qui m’a enseigné la musique – et inculqué l’amour du beau, la dignité de l’être humain – comme à plusieurs générations d’enfants de mon village, c’est madame Augustine Plamondon. Vous l’avez peut-être déjà vue, même vous qui me lisez des vieux pays; car elle a donné des leçons de piano au parolier Luc Plamondon, lorsqu’il était petit, et il est resté attaché à mademoiselle Augustine. Peu de gens auront marqué aussi profondément qu’elle, et sur une aussi longue période (elle a tenu l’orgue Casavant de Saint-Raymond pendant plus de soixante-dix ans), la vie de leur communauté.

Elle a maintenant quatre-vingt-dix-sept ans.

Line Gingras

Madame Augustine Plamondon-Smith à son piano : http://st-raymond.com/gens.html#Organiste

Posté par Choubine à 15:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Mais je ne comprends plus rien....

    Combien as-tu de pseudos et de blogs ?
    M'enfin, c'est toujours un réel plaisir de te lire.
    Tiens, j'ai recommandé ton blog à une autre "scrapeuse", elle devrait compter rapidement parmi tes plus fidèles admiratrices !
    Sophie

    Posté par Sophie de Paris, dimanche 18 septembre 2005 à 16:10
  • Grazie, Sophie de Paris!

    Deux blogs maintenant : celui-ci, qui restera une sorte de chronique de langue, et l'autre, "Choux de Siam", où je mets de tout et de rien, depuis un peu plus de trois semaines maintenant.

    Pour les pseudos, c'est un peu compliqué. Le précédent pseudonyme officiel, "dorsoduro", je ne l'avais choisi que par nécessité et ne m'en servais jamais dans les commentaires : pour moi, Dorsoduro, c'est le nom d'un "sestiere" (quartier) de Venise, et voilà tout. Je me servirai peut-être encore de Plume-Plume - c'est le nom d'un chat que j'aime beaucoup, et il évoque "La plume heureuse". Je l'aurais adopté comme pseudo officiel s'il n'y avait pas ce malheureux trait d'union. Mais je suis bien contente d'avoir enfin pensé à Choubine, parce que c'est une interjection que nous utilisions souvent chez nous, autrefois, pour signaler une bévue ou une sorte de déconvenue amusée. (Et là-dedans il y a "chou" et les trois dernières lettres de mon prénom...)

    Petite anecdote qui a influencé ce choix, aussi : Un lointain jour de septembre mon petit frère, qui avait deux ans à peine, a bien failli se noyer. Pendant quelques années, il a gardé de l'événement un vague souvenir : "Choubine à l'eau Normand! Bottines mouillées!"

    Et il disait ça avec un grand sourire, le bougre.

    Posté par Choubine, dimanche 18 septembre 2005 à 16:49

Poster un commentaire